Enseignement musical spécialisé et numérique : marions-les !

Marie-Aline Bayon nous livre un avant-goût des deux formations qu’elle animera sur ce thème en mai et juillet prochain. Rencontre avec une formatrice passionnée et passionnante.


Crédit : Marie-Aline Bayon

Marie-Aline Bayon, vous êtes à l’initiative depuis plusieurs années du projet innovant de première école de musique connectée de France. D’où vous vient ce projet ? Quelles sont vos motivations ?

Je mène effectivement le projet de l’école de musique connectée à l’école de musique de Solaure (St Etienne) depuis septembre 2017. Ce projet trouve son origine au sein de mon livre Révolution numérique et enseignement spécialisé de la musique : quel impact sur les pratiques professionnelles? (L’Harmattan, 2017) dans lequel j’ai conceptualisé un modèle « d’école de musique connectée » basé sur l’apprentissage mixte (temps présentiels et temps en ligne). L’école de musique connectée comporte trois axes :

  • un axe pédagogique : mettre en place des dispositifs pédagogiques en lien avec les outils numériques (apprentissage mixte, FM connectée etc…) ;
  • un axe artistique : offrir de nouvelles portes d’entrées en musique par la création et proposer des démarches de médiation avec les outils numériques ;
  • un axe professionnel : construire un réseau d’écoles de musique et conservatoires connecté-e-s.

Tout est documenté depuis le début afin de permettre au grand public d’avoir accès à nos ressources (expérimentations, témoignages, veille pédagogique…)*.


Vous allez animer deux formations dans les mois à venir, la première concernant « les outils numériques au service de l’enseignement artistique » se déroulera du 17 au 21 mai 2021. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur celle-ci, quelles seront les principales thématiques abordées ?

Cette formation est une découverte des outils numériques pour enseigner la musique et propose un tour d’horizon assez large des possibilités qui s’offrent aux enseignants. Après avoir fixé le cadre général d’utilisation des outils numériques dans l’enseignement, les stagiaires découvriront comment organiser des cours en ligne, comment créer des ressources (enregistrement audio, vidéo, partitions) pour ces mêmes cours, quelles démarches pédagogiques peuvent être mises en œuvre selon les publics et les objectifs, en s’appuyant sur une sélection d’outils numériques gratuits et des outils plus spécifiques.

Cette période de Covid 19 a brutalement accéléré l’utilisation d’outils numériques dans l’enseignement musical, pensez-vous que ces méthodes, nouvelles pour beaucoup, perdureront après la reprise ?

Il y a clairement un avant et un après. Avant, les outils numériques étaient peu présents au sein des établissements d’enseignement artistique en raison d’un manque de formation et de moyens notamment. La crise a permis une prise de conscience sur l’existence et l’intérêt de ces outils: leur utilisation ne se résume pas au fait de traverser une crise mais peut permettre une optimisation de démarches pédagogiques existantes et la mise en œuvre de nouvelles démarches pédagogiques, plus innovantes ou plus actuelles.

Bien sûr il ne faut pas confondre continuité pédagogique et enseignement avec le numérique. Dans le premier cas il s’agit de pallier l’absence de cadre présentiel dans l’attente d’un retour « à la normale », dans le second cas : il s’agit de construire une démarche pédagogique pensée avec les outils numériques. Ce sont deux choses fondamentalement différentes et beaucoup d’enseignants, faute de moyens, de formation ou de temps pour prendre véritablement en main les outils et repenser leurs démarches pédagogiques, pensent à tort qu’enseigner la musique avec le numérique revient à faire de la visioconférence! On ne peut qu’être déçu: ce n’est pas fait pour.

Je pense donc que la crise aide déjà à avancer sur le sujet – beaucoup d’enseignants témoignent aussi du fait qu’ils vont poursuivre certains usages quoi qu’il arrive – même si tout reste à faire et que les besoins en formations sont très importants du fait du retard de notre secteur à cet égard.

Cette formation sur le numérique se fera justement en ligne, en quoi est-ce un avantage de pouvoir se former en étant directement en situation ?

Compte-tenu du sujet, même en présentiel, les stagiaires se trouvent devant un écran et le format présentiel n’apporte pas particulièrement de plus-value sur le contenu ou la mise en œuvre. De ce fait, les stagiaires suivent la formation de chez eux, directement sur leur matériel et sont plongés dans le vif du sujet avec un certain confort. La formation est séquencée en 4 matinées ce qui leur laisse aussi le temps de réfléchir entre-temps à d’éventuelles questions et de tester tout de suite ce qui aura été vu. Si l’aspect relationnel diffère du présentiel, il permet néanmoins la rencontre d’homologues de toute la France et donc des échanges très intéressants qu’un format présentiel limite généralement à une aire de rayonnement spécifique.


La deuxième formation que vous allez animer le 6 et 7 juillet 2021 s’intitule « numérique et pratiques professionnelles : comment conduire le changement au sein des établissements d’enseignements artistiques ? ». Cette formation s’adresse à un public plus ciblé que la première, à qui s’adresse-t-elle ?

Cette formation s’adresse exclusivement aux chefs d’établissements qui souhaitent mener un projet de changement au sein de leur structure, notamment sur la question du numérique.

Un établissement étant déjà très axé sur le numérique a-t-il un intérêt à participer à cette formation ? Et inversement, cette formation n’est-elle pas trop compliquée pour un établissement qui pour l’instant n’a pas entamé de transition numérique ?

La formation est avant toute chose une formation axée sur le management plus que sur le numérique même si ce sera le point d’appui et qu’une partie du contenu porte spécifiquement dessus. Il n’est pas nécessaire d’avoir déjà entamé le projet de changement de la même façon qu’une structure qui aurait déjà commencé pourra trouver au sein de la formation des éléments spécifiques sur la conduite du changement qui pourront quoi qu’il en soit lui servir, que ce soit pour le numérique ou pour d’autres projets de changement. En effet, il est assez complexe de mener des changements au sein de nos structures dont le fonctionnement général est très ancré dans l’habitude.

– Que peut-on attendre à l’issue de cette formation ? Quelles seront les thématiques abordées ?

Au sein de cette formation, nous aborderons la notion de changement sur le plan psychosocial pour mieux comprendre les réactions des professionnels, les grands courants de la conduite du changement et des éléments de méthodologie associés pour dresser un projet de changement. Nous identifierons les freins, les opportunités dans le contexte actuel, nous verrons comment communiquer sur le changement et accompagner les professionnels. Il y aura aussi une partie du contenu dédié au numérique (possibilités pédagogiques, matériel) afin que les stagiaires aient un niveau d’information minimum pour établir leur vision d’une transition numérique.


Merci Marie-Aline Bayon pour toutes vos réponses, retrouvez toutes les informations ainsi que les inscriptions aux formations sur le site du Cepravoi et sur Facebook !

* Site du projet: http://ecoledemusiqueconnectee.fr

*Site du réseau : http://ensart-num-aura.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.