Falaise, le procès d’un cochon qui dévore un enfant.

À la frontière entre le théâtre de l’absurde, le concert et la farce de tréteaux, Falaise, un spectacle de l’Ensemble Poursuite, invite le spectateur à une immersion dans un Moyen-Âge fantaisiste et mais très proche de nous.
Lundi 24 février et mardi 25 février 2020 à Azay-le-Rideau.

Rencontre avec Edouard Monjanet-Bensaïd, directeur artistique de la compagnie.

Qu’est ce qui vous a amené à raconter cette histoire de procès ?

J’ai toujours été très attaché à la musique qui raconte une histoire. Je trouve que l’accès à la musique classique et ancienne est parfois freiné par un manque de lien avec le public. On peut monter un projet de très grande qualité, mais perdre son auditoire. L’histoire accroche, comme à l’opéra. Le spectateur peut se perdre, mais il se retrouve toujours.
La musique est pour moi un outil au même titre que le théâtre, les costumes, les décors. Concilier qualité et accessibilité, est notre engagement… et mon besoin absolu. Ainsi, l’exigence artistique et intellectuelle n’hermétise pas.

L’Ensemble Poursuite est composé d’artistes de différentes disciplines.

L’Ensemble a été créé en 2016 à Azay-le-Rideau. En effet, il est constitué d’artistes passionnés par le mélange des arts : chanteurs, instrumentistes, compositeurs, écrivains, comédiens et plasticiens vidéastes. La plupart d’entre nous est issu du chœur Mikrokosmos, dirigé par Loïc Pierre.
Nous mêlons les médiums artistiques, créons et adaptons nos formes, afin d’élaborer des spectacles construits comme une réponse ouverte aux sujets de société qui nous questionnent.
Nous puisons dans le répertoire vocal des œuvres de musique traditionnelle, ancienne, romantique et contemporaine, que l’on choisit pour leur contenu, leur sens, leur couleur. Puis, nous les entrelaçons à des textes contemporains, écrits sur mesure, et à des créations plastiques inédites, pour proposer des œuvres visant à émouvoir, surprendre, et à amener le spectateur à partager une réflexion sur le monde qui nous entoure.

Comment est né le spectacle Falaise ?

Le sujet est le point de départ. Cette histoire complètement surréaliste de procès d’une truie infanticide a été dénichée par Clément Kalsa, l’auteur de la troupe. Elle nous a tout de suite inspirés et nous nous sommes naturellement dirigés vers un projet théâtral en conservant le côté carton-pâte du théâtre de tréteaux, installé au milieu des foires. Après l’écriture de la pièce, nous avons retravaillé collectivement le texte, chacun donnait son avis.

Et la musique ?

La musique est un élément narratif comme les autres. Dans cette histoire plantée dans une fin de Moyen-Age chaotique, où la Bible, qui faisait office de code pénal, se voit supplantée par le droit, les procès sont les nouveaux spectacles populaires. Nous nous sommes tournés vers la messe de Nostre Dame de Guillaume de Machaux, très controversée à l’époque de sa créations. Nous l’avons ensuite adapté à ce spectacle, cherchant à la rendre plus anachronique encore en lui mêlant les timbres d’instruments contemporains guitare électrique, basse, accordéon, saxophone, batterie, flute, mélodica.

Votre processus de création suit un chemin très particulier.

Oui. Nous partons toujours du sujet, nous définissons la forme, nous décidons de la musique. S’en suit un travail de longue haleine où nous faisons et défaisons, en respectant un élément essentiel : l’apport de chacun. Les chanteurs / comédiens sont quasiment tous instrumentistes. Nous construisons en respectant au maximum les envies et le potentiel de chacun. Ce processus de création est exportable sur les histoires des autres. Nous avons mené, avec des scolaires ou encore avec des personnes détenues, des projet fabriqués sur le même modèle. C’était, à chaque fois, une expérience incroyable.

La date de création approche. Quelles sont les dernières étapes ?

Du 16 au 20 février, pendant la résidence de création de Falaise, Poursuite propose de partager son savoir faire dans des ateliers tous publics de chant, théâtre, expression et percussions corporelles.

INFOS PRATIQUES

DETAIL DES ATELIERS ….

5 ateliers d’1h30
1 atelier | 20 euros – 3 ateliers | 50 euros – 5 ateliers | 75 euros
Inscription :

contact@ensemble-poursuite.com
06 67 85 03 08

  • Le corps en scène
  • Percussion corporelles
  • Voix parlée et voix chantée, comment ça fonctionne ?
  • Outils théâtraux et improvisations
  • Jeux vocaux et chants collectifs

FALAISE, un fait divers médiéval, du théâtre, de la musique et beaucoup d’humour.

Lundi 24 février 16h00 et Mardi 25 février 20h00
Salle Auguste Rodin, Rue Gustave Eiffel 37190 Azay-le-Rideau

Conception et direction | Édouard Monjanel-Bensaïd
Direction musicale | Félix Benati
Textes | Clément Kalsa
Scénographie | Florentin Jeanneau
Réalisation sonore | Mathilde Monjanel
Avec | Laure Petit, Hélène Gendek, Marine Delagarde, Claire Isoux,
Élise Martineau, Jules Baron, Balthazar Serna, Paul Campana,
Édouard Monjanel-Bensaïd, Marin Planques et Mathieu Bolcato.

Participation libre
http://ensemble-poursuite.com/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.