L’atelier du rythme : au cœur de la pulsation

 

 

 

« Ressentir la musique, c’est ressentir les émotions dont la voix est le premier vecteur ». Chanteur et chef de chœur, Fabien Aubé animera « L’atelier du rythme : au cœur de la pulsation » à Amboise, les 11 et 12 janvier 2020.

Ancien chantre du Centre de musique baroque de Versailles (CMBV), Fabien Aubé dirige plusieurs chœurs d’adultes et d’enfants à Paris et en région parisienne.
C’est en parcourant le monde pendant six ans avec le Chœur National des Jeunes qu’il a découvert l’importance de l’engagement corporel dans le chant : la note ressentie de manière intuitive est plus juste, plus belle, plus puissante.

Comme beaucoup de musiciens, il ne garde pas de très bons souvenirs de ses années de conservatoire. « On traumatise des générations d’enfant avec l’apprentissage du solfège. Le déchiffrage de manière instinctive et intuitive donne de bien meilleur résultat. Heureusement les cours de Formation Musicale commencent à évoluer dans le bon sens. J’utilise avec mes groupes d’enfants, la solmisation par exemple, comme au Moyen Age. La note redevient une fonction, et non une hauteur absolue. On s’aide également des mains pour identifier les notes.»

Le festival Europa Cantat, la rencontre internationale de chant choral organisée tous les trois ans dans une ville européenne, a permis à Fabien de découvrir et de pratiquer différentes méthodes d’apprentissage de la musique. C’est lors de ce festival, qu’il expérimente la méthode Kodaly avec un chef Hongrois, à partir d’un répertoire traditionnel.

« Les musiques traditionnelles et les musiques du monde se prêtent particulièrement bien à l’exploration des méthodes corporelles, car elles sont écrites pour être dansées et elles expriment des sentiments humains ».

Toujours curieux d’apprendre, il se forme régulièrement pour élargir sa boîte à outils : DalcrozeKodályO Passo, TaKeTiNa, Vocal leadership, Analyse Fonctionnelle du Corps dans le Mouvement Dansé, Méditation, Tai Chi, Qi Gong…

« Je n’utilise pas une méthode de manière systématique, je puise mon inspiration à travers plusieurs outils que j’adapte en fonction de mon public. Je fais un mélange de ce qui me semble essentiel dans chaque méthode. Pour les enfants, par exemple, la méthode Dalcroze est parfaitement adaptée, alors que pour les ado, je préfère O Passo. L’avantage de ces méthodes est que même si le groupe est hétérogène, chacun peut avancer à son rythme tout en restant solidement ancré dans le chœur. Nous allons beaucoup chanter lors du stage organisé par le Cepravoi, particulièrement un répertoire brésilien et des canons... »

Fabien Aubé – Chef de Chœur 

En savoir plus sur le stage

S’inscrire

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.