Découvrez les chants de Turquie avec Gülay Hacer Toruk

Gülay Hacer Toruk animera un stage de chants de Turquie, les 3 et 4 février 2018, à Tours.
Chanteuse, auteur compositeur elle se définit aussi comme une « brûleuse de chansons » et  « passeuse». Au fil des rencontres et projets, elle interprète les chants turcs dans toute leur diversité et révèle un patrimoine riche, entrelacé des civilisations « sœurs » (chants séfarades, lamentations kurdes, poèmes arméniens, liturgie byzantine…).

Les compositions savantes de la cour ottomane croisent dans sa voix les chants sacrés des religions de la Méditerranée ; la poésie des bardes aşık d’Anatolie et celles de compositeurs contemporains.

Pour elle, la transmission est le cœur de la musique traditionnelle et elle enseigne avec autant de passion qu’elle chante. Elle transmet tout au long de l’année au sein de la Philharmonie de Paris mais donne également des stages de découverte du chant turc en marge de ses concerts (Ateliers d’Ethnomusicologie (Genève), l’école Glotte-trotters (Centre de recherche et de formation musicale dirigé par Martina Catella), Les Ateliers du Monde (Toulouse) , École de l’oralité (Saint-Étienne)…

DE LA TRADITION A LA TRANSMISSION

L’atelier qu’elle animera pour le CEPRAVOI les 3 et 4 février 2018, s’adresse à toute personne désireuse de découvrir les chants populaires turcs issus de la tradition orale, des chants populaires anonymes qui content et accompagnent la vie (berceuses, chants de travail, danses, cantiques, lamentations), aux poèmes chantés des aşık d’Anatolie, ces bardes « amoureux » à la fois poètes, chanteurs et musiciens qui ont, pendant des siècles, arpenté l’Anatolie et envouté le peuple de leur voix, de leur saz (luth à long manche) et de leur âme.

C’est cette musique profonde de la terre, ces chants populaires « brûlés » (improvisés sous le coup d’une émotion) par le peuple et transmis de voix en voix à travers les siècles que Gülay Hacer Toruk propose de transmettre dans ce stage.

La découverte des répertoires ainsi que des techniques vocales propres à chaque style, la compréhension sensible des rythmes ainsi qu’une introduction à quelques modes caractéristiques de la musique populaire turque seront les différentes étapes de l’apprentissage de ces chants.

Dans un second temps seront abordés l’ornementation propre à ses répertoires et la recherche du style dans l’interprétation.

Le stage sera rythmé par de brèves présentations d’instruments traditionnellement associés à ces chants, comme le luth saz, le tambour sur cadre ou encore les zil (cymbalettes) et les kaşık (cuillères en bois).

S’incrire au stage

Laisser un commentaire